Brigands, bandits, coquins et autres gangsters

De nombreuses fois ces termes ou d’autres équivalents se retrouvent dans la pièce. Que signifient-ils ?

  • Brigand : qui exerce le pillage, commis avec violence et à main armée, et le plus souvent par des malfaiteurs réunis en troupe. Le mot brigand vient de brigade, c’était alors un soldat qui commettait des exactions sur les civils.
  • Bandit : malfaiteur vagabond et armé. Vient du mot bannir, dont l’étymologie concerne l’exil. On imagine quelqu’un errant loin de chez lui et qui vit de rapines. Semble sans rapport avec le mot bande, groupe de personnes, qui vient du germanique bandwal qui signifie étendard. Des bandits en bande ne serait donc pas un pléonasme. Mais les mots ont pu se rejoindre.
  • Luron : vient de lureau, un bon compagnon un peu escroc et pique-assiette. Avec le temps, c’est devenu un homme joyeux et bon vivant. Le féminin de gai luron n’est pas belle lurette.
  • Coquin : le sens a évolué au cours des siècles. D’abord mendiant, puis vil et infâme, puis espiègle. L’origine du mot est confuse, peut-être en rapport avec le latin coquere : cuisiner. Le coquin cherche sa nourriture, quitte à la voler. Un rapprochement contesté est fait avec un faux-pèlerin portant la coquille des pèlerins de Saint-Jacques.
  • Triple coquin : superlatif du précédent.
  • Gangster : membre d’un gang, d’une association de malfaiteurs, bandit. Mot américain, qui vient de l’anglais gang, qui signifie bande. C’est donc un bandit qui fait partie d’une bande (voir bandit supra).
  • Guignol : marionnette créée à Lyon vers 1808. Sympathique homme du peuple avec ses qualités et ses défauts : amitié, justice, mais aussi roublardise et mauvaise foi, sur fond de beaujolais. Il est régulièrement question de coups de bâton dans les histoires de Guignol, fier représentant du peuple Canut, et c’est le gendarme qui en fait souvent les frais.
  • Al Capone : le plus célèbre des gangsters américains (1899 – 1947). Figure majeure du crime organisé, il a donné à Chicago sa mauvaise réputation. En 1932, son système a été démantelé par le célèbre reporter Tintin, sans qu’il soit très clair qu’il ait été lui-même arrêté à ce moment-là. D’autres sources prétendent qu’il a été arrêté par l’incorruptible Eliott Ness en 1931 puis incarcéré pour fraude fiscale.

Les commentaires sont fermés