2013 – Les Cloches de Corneville

AFFICHE LES CLOCHES DE CORNEVILLE DEUIL HD

 

Les Cloches de Corneville, opéra-comique en trois actes de Robert Planquette sur un livret de Louis-François Clairville et Charles Gabet, créé en 1877.

En Normandie, à la fin du XVII° siècle, le marquis de Corneville doit s’expatrier avec son petit-fils Henri. En partant, il confie sa fortune et son domaine à son fermier Gaspard. Au fil des ans, ce dernier finit par considérer comme sien les biens et l’or de ses maîtres. Et pour ne pas éveiller les curiosités, il laisse croire que le château de Corneville est hanté par ses anciens châtelains.

À la même époque, un certain comte de Lucenay, autre noble de la région, fuit également la France en confiant sa fille Germaine à ce même Gaspard qui la fait passer pour sa nièce. Enfin, le fermier recueille dans un champ de serpolets un bébé qu’il prénomme… Serpolette et qui deviendra plus tard sa servante.

L’action débute vingt ans plus tard, lorsque Henri revient incognito dans son domaine et s’éprend de Germaine promise par Gaspard au bailli du coin…

Les airs

Acte I : « C’est le marché de Corneville » (Serpolette, paysannes, choeur) ; Rondeau « Dans ma mystérieuse histoire » (Serpolette) ; Chanson du mousse (Grenicheux) ; Duo « Même sans consulter mon coeur » (Germaine, Grenicheux) ; Chanson des cloches (Marguerite, choeur) ; Rondeau et valse « J’ai fait trois fois le tour du monde » (Henri) ; « C’est affreux, odieux » (Tous, choeur) ; « Je ne sais comment faire » (Grenicheux) ; Final I « Sur le marché de Corneville » (Chœur) ; « Nous sommes les domestiques » (Choeur) ; « Jeune fille dis moi ton nom » (Tous, choeur).

Acte II : « A la lueur des flambeaux » (Germaine, Henri, Choeur) ; Trio « Fermons les yeux » (Serpolette, Grenicheux, Le Bailli) ; « J’avais perdu la tête et ma perruque » (Le Bailli) ; « Non vous le voyez » (Henri, choeur) ; « Vicomtesse et marquise » (Serpolette, Henri) ; Duo « C’est elle et son destin la guide » (Germaine, Henri) ; « Gloire au valeureux Grenicheux » (Tous, chœur) ; Final II « C’est là qu’est la richesse » (Grenicheux, Gaspard) ; « Debout nobles ancêtres » (Chœur).

Acte III : Chansons des gueux (Gaspard) ; « Regardez donc quel équipage » (Serpolette, chœur) ; Chanson du cidre (Marguerite ; choeur) ; « Je regardais en l’air » (Grenicheux) ; Duo « Ah mon seigneur à peine je respire » (Germaine, Henri) ; Final III « Pour ce trésor que tu nous abandonnes » (Tous, chœur).

Pour les Baladins, l’oeuvre a été adaptée aux contraintes de durée et d’interprétation.

 

Les Baladins ont joué ce spectacle en hommage à Mario Penasa, baladin disparu le 25 septembre 2013.

Il restera à jamais dans leur « chœur ».

Distribution :

Chrysanthemum2

Les commentaires sont fermés