Les auteurs

Le compositeur : Jacques OFFENBACH

Jacob Offenbach naît à Cologne (Allemagne) en 1819. Très jeune il se révèle doué pour le violoncelle. Il poursuit dès 1833 ses études musicales à Paris. Ayant francisé son prénom en « Jacques », il mène une carrière de soliste virtuose. En 1847, il devient directeur musical de la Comédie-Française. Il crée en 1855 son propre théâtre, les Bouffes-Parisiens, afin d’y faire exécuter ses œuvres. Offenbach est une figure emblématique de la « fête impériale », qui fait du Paris du Second Empire la capitale de l’amusement et du plaisir.

Après la guerre de 1870, l’heure n’est plus à l’humour bouffon. Il lance alors un nouveau genre, l’« opéra bouffe-féerie ». Offenbach meurt des suites de la goutte le 5 octobre 1880, peu avant la création de son opéra fantastique Les Contes d’Hoffmann.

Parmi la centaine d’œuvres qu’il compose en 40 ans d’activité, plusieurs sont devenues des classiques du répertoire lyrique, d’Orphée aux Enfers (1858), aux Contes d’Hoffmann (1881), en passant par La Belle Hélène (1864), La Vie parisienne (1866),La Grande-duchesse de Gérolstein (1867) ou Les Brigands (1869). Cette même année, il crée La Princesse de Trébizonde.

Les librettistes : Charles NUITTER et Étienne TRÉFEU

Charles Nuitter (1828-1899) est un avocat parisien. Passionné de spectacles, c’est lui qui classera les archives de l’Opéra de Paris. Linguiste, il traduit des opéras de l’anglais, de l’allemand ou de l’italien. On lui doit notamment le livret en français d’Aïda de Verdi, et ceux de nombreuses œuvres de Wagner dont il était un ami.

Étienne Tréfeu (1821-1903) est un écrivain, qui a été administrateur du théâtre de la Gaîté (aujourd’hui la Gaîté–Lyrique) à partir de 1873, donc Jacques Offenbach était le directeur.

Seuls ou à deux, ils ont écrit de nombreux livrets notamment pour Jacques Offenbach.

Les commentaires sont fermés